Stuart Whitman (1928-2020)

Stuart Whitman 2Nous venons d’apprendre le décès de l’acteur américain Stuart Whitman, survenu le 16 mars dernier, à l’âge de 92 ans. Au tout début des années 50, Whitman enchaîne les panouilles de fonds de casting pour le cinéma et la télévision, avant d’accéder peu à peu à certains rôles de premiers plans et de décrocher un contrat avec la 20th Century Fox. Les 60’s marquent sa filmographie de quelques œuvres artistiques (ou commerciales) notables, telles « Murder, Inc. » (1960), « The Mark » (1961), « Les Comancheros » (1961), « Le jour le plus long » (1962), « Le jour et l’heure » (1963), « Ces merveilleux fous volants… » (1965), avant que sa carrière ne prenne un tournant foutraque assez réjouissant au fil des décennies suivantes. « Les rongeurs de l’Apocalypse » (1972), « Special Magnum » (1976), « Guyana la secte de l’enfer » (1979), « Les doigts du Diable (1981), « Les diamants de l’Amazone » (1985), entre autres perles Bis. Comédien « solide », même si parfois peu motivé, Stuart Whitman écumera aussi les plateaux d’un nombre impressionnant de séries T.V tout au long de sa carrière, et de façon quasi exclusive à partir de la deuxième moitié des années 80 : « K-2000 », « Rick Hunter », « L’agence tous risques », « Simon & Simon », « Côte Ouest », « Arabesque », « Superboy », « Walker Texas Ranger » ; le tout ponctué de quelques sorties DTV bien gratinées. Nous évoquerons enfin deux collaborations avec Laura Gemser, en 1978 et 1982 : « La mujer de la tierra caliente » de José Maria Forqué, un très beau film, assez surprenant, à la photographie superbe et au casting quatre étoiles; ainsi que le catastrophique « Safari Cannibal » du britannique Alan Birkinshaw, au sujet duquel les spécialistes continuent de s’interroger…