Archives pour la catégorie Caligula 2

Mark Shannon (1939-2018)

Mark ShannonNous venons d’apprendre le décès de l’acteur italien Mark Shannon par l’intermédiaire du compte Instagram du magazine spécialisé Nocturno. Shannon, de son vrai nom Manlio Cersosimo, fut une figure indissociable des réalisations érotiques, puis pornographiques, de Joe D’Amato au début des eighties. En l’espace de trois ans, entre 1980 et 1983 plus précisément, il tourna une vingtaine de films avec un Massaccesi totalement déchaîné, qui enquillait alors les tournages surréalistes dans une sorte de fuite en avant insensée, parfois pour le meilleur, mais plus souvent pour le grand n’importe quoi. Vingt films en trois ans, le tout entre Saint-Domingue, Rome et Hong Kong ! Certes, une bonne partie de sa filmographie baigne dans les eaux de la pornographie pure et dure. Et alors ? A titre personnel, j’échange tout putain d’Eli Roth contre n’importe quel porno avec Brigitte Lahaie; et je ne suis pas le seul, je vous prie de croire ! Porno, donc. On a lu l’histoire, c’est lors du tournage du sympathique « Le Porno Killers » (A mon sens co-réalisé par Massaccesi) en compagnie de la plantureuse Carmen Russo, que Shannon, incapable de réprimer une érection lors d’une scène particulièrement chaude, se serait fait « remarquer », et aurait par la suite accepté de collaborer avec D’Amato dans certaines des premières productions hardcores transalpines. Dans le lot, soft ou hard, à boire et à manger. Du lourd, avec ce « Caligola – La storia mai raccontata », du haut niveau, façon « Sesso nero » ou « Orgasmo nero », du bancal mais gentiment culte, tels ces « Le notti erotiche dei morti viventi » et « Porno Holocaust »; et puis du plus cheap, du vite fait, du tourné à l’arrache pour tout dire, mais étrangement, du pas moins fascinant la plupart du temps. D’ailleurs, en hommage au défunt homme de l’Hard, nous allons dès ce week-end réviser, non pas ses multiples collaborations avec Laura Gemser, mais plutôt les formidables pornos que sont « Bocca Golosa », « Labbra Vogliose » et autre « Le porno investigatrici ». Car oui, à Chez Roubi’s nous bandons aussi pour Françoise Perrot !

La biographie de Mark Shannon par Maniaco Deprebis  : ICI

Fiches des films « Caligola – La storia mai raccontata » : ICI / « Le notti erotiche dei morti viventi » : ICI /  « Porno Esotic Love » : ICI

Joe D’Amato [Interview] – Shivers n°2 & 3, 1992 (U.K)

– Morceaux choisis –

« I feel i have enough experience in all technical areas to make up for my lack of preparation. I used to be much more hard to please (…) I think i’m hooked on this way of filming now. I need to improvise everything quickly. »

« When i was making those post-Apocalyptic movies, we created our special effects from leftover weapons from spaghetti westerns and old gas cylinder. »

« It’s a classic giallo about a policeman who hires a homophobic maniac, who murders homosexuals, to kill his own gay son. »

« It was designed to be a standard zombie cash-in. Then we decided to add sex and comedy and went too far in both directions (…) The zombie indulging in anal intercourse with the lead actress was too ridiculous for words. »

« Lucio is as surprised as i am that Door To silence isn’t selling very well abroad (…) The fault isn’t Lucio’s as the final result is very good. I think the problem rests with star John Savage who’s too overexposed these days. »

« Do you remember the movie Patrick ? Well, it’s similar to that except this time a woman is raped by three Nazi skinheads and falls into a coma. »

Source scans : Internet Archive